Vallée de l'Orry depuis els collets d'avall , 1996 m

Ce dimanche 3 décembre,

il fallait être courageux pour partir en randonnée en montagne. Les températures étaient nettement négatives et la tramontane venait en plus en rajouter une couche.
Nous étions donc quatre cercaniens,irréductibles montagnards à s’équiper depuis Prats Balaguer au milieu de la neige pour s’engager sur le  chemin raide en direction du Coucouroucouil. La couche de neige n’étant pas trop épaisse nous décidons de porter les raquettes et de commencer la grimpette  » pieds légers ».


Le sentier bien marqué s’élève dans la forêt . Au sol une multitude de traces témoigne d’une activité animale intense. La neige est froide et légère et les empreintes ne sont pas imprimées de façon nette. Nous reconnaissons néanmoins les petits doigts des chevreuils, les pas plus larges des biches et cerfs. les différentes allures du lièvre , la piste rectiligne du renard, les sauts légers de l’écureuil . D’autres empreintes restent pour nous impossible à identifier comme ces minuscules traces de petits mammifères qui serpentent dans la neige. On s’amuse à suivre leur parcours et chercher leur cachette.en direction du Coucouroucouil

Halte au Roc de la Socarrade 1782 m

Halte au Roc de la Socarrade 1782 m

A mi pente, on chausse les raquettes car la couche de neige est plus épaisse, la pente est raide et tout doucement nous arrivons vers midi à la jonction avec le GR10 qui mène au col Mitja. Le paysage est dégagé, les sommets enneigés sont grandioses. Nous continuons de nous élever jusqu’à la petite cabane en pierres  de la Jaca dels collets. Alors que nous cherchons un coin abrité pour manger un gypaète adulte vient voler au dessus de nous, assez haut dans le ciel pour disparaitre quelques minutes plus tard derrière le col Mitja.

 

Gypaète au dessus de la jaça dels collets

Gypaète au dessus de la jaça dels collets

Au retour nous préférons emprunter  la piste en lacets qui descend sur le bassin de rétention au fond de la vallée de l’Orry. Nous ne sommes pas les seuls à prendre ce chemin, il est couvert de  traces d’isards dans la neige. D’ailleurs nous en apercevons cinq, bondissant dans la pente de  genets.

La journée se termine autour d’une boisson chaude , réconfortante et bien méritée dans un sympathique bar de Mont Louis.