Nous avons été accueillis à Matemale qui nous a chaleureusement reçu le mardi sous la neige, le mercredi matin par -20°C et le jeudi encore sous la neige. La vue en descendant sur le lac était splendide.

Ce stage était organisé par l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage) avec Alain Bataille et Julien Steinmetz comme formateurs aux savoirs étendus et à la grande disponibilité. Ils ont réussi à répondre aux très nombreuses questions!

louplynx

Quatre membres de Cerca y ont participé : Bastien, Claude, Fred et Thierry. Parmi les 30 stagiaires, on retrouvait des agents de l’ONCFS, chasseurs,  lieutenants de louvèterie, conservateur de réserve naturelle, naturalistes, et personnes présentes à titre personnel.

Formation Loup 01- 2017 Matemale fotos jcf(2)

Cette formation a permis d’approfondir les connaissances de chacun, notamment les critères d’identification physiques et comportementaux ainsi que les traces, fèces, poils.

La problématique de la transmission des observations à l’ONCFS pour que le gouvernement établisse en connaissance de cause des quotas de prélèvement fait ressortir 2 points de vues : soit cela permet les tirs (36 par an en 2015 et 2016) , soit cela permettra ultérieurement d’obliger l’état à respecter l’état de conservation de l’espèce dont la croissance de la population ne doit pas être stoppée. C’est ce qui semble se profiler puisque la population stagne depuis 3 hivers. Mais il faut attendre encore 2 ans pour être certain de la tendance.

Reste à savoir si l’état se pliera aux directives européennes ou préfèrera payer une forte amende et « faire plaisir » à certains chasseurs et éleveurs.

On ne peut pas résumer 3 jours de formation en un article mais voici quelques infos intéressantes pour tempérer les avis de chacun sur le Loup (il n’y a toujours pas d’observation de Lynx dans les Pyrénées).

Pour débuter, je cite J. Steinmetz (en italique)

Les attaques sur troupeaux domestiques sont classées en trois catégories :                                       –        « Cause de mortalité indéterminée » : si on ne peut pas mettre en évidence qu’il s’agit d’une prédation et qu’on ne connait pas la cause de la mort (cas par exemple d’une carcasse nettoyée complètement par les vautours). L’indemnisation peut avoir lieu après examen du contexte (présence de Loup connue dans le secteur, dégâts attribués à l’espèce sur le même secteur par exemple) ;                                                                                                                                                –        « Loup Ecarté » : si la mortalité est liée à autre chose qu’à une prédation, ou si il y a prédation et qu’on a des éléments permettant d’exclure le Loup ;                                                                  –        « Loup Non  Ecarté » : si la prédation est caractérisée et qu’aucun élément ne permet d’exclure le Loup.

Sont indemnisés directement les constats « Loup Non Ecarté », les « Indéterminés » passent en commission départementale tout comme les « Loup Ecarté » si l’éleveur conteste la décision.       Par contre, on n’a pas les chiffres sur les proportions de ces 3 classements car cela varie énormément d’un département à l’autre selon la présence réelle de loup, et avec le temps. (les éleveurs appellent pour tout et n’importe quoi au début et « comprennent » rapidement les critères qui nous permettent de trancher et donc font un pré-tri avec l’expérience).

Majoritairement, les troupeaux en estive ne subissent qu’une attaque de loup quel que soit le mode de garde (on a vu une vidéo en infrarouge d’une attaque d’une meute de loups sur un troupeau gardé par 5 patous). Mais certains subissent plus de 5 attaques par ans. Différentes raisons : comportement particulier de prédation d’un individu ou d’une meute, mode de garde du troupeau, troupeau en estive ou dehors toute l’année…Ceci est surtout observé dans les 3 département du S-E de la France, notamment du fait qu’à ces altitudes moindres les troupeaux sont toute l’année dehors.

On peut ainsi comprendre le ras-le bol de certains éleveurs même s’il existe un système d’indemnisation et d’aide au financement des moyens de protection.

Dans les P.O. 15 déclaration d’attaques en 2014, 14 en 2015 et 5 en 2016 toutes sur la ZPP (zone de présence permanente) du Carlit. Mais aucune attaque n’a été attribuée loup « non exclu ».

A propos des loups en P.O. le premier officiellement observé en 1999 mais déjà suspecté en 1997 voire 1995, soit seulement 3 ans après le premier observé dans les Alpes françaises. Il n’y a actuellement que des loups mâles solitaires sur 3 ZPP différentes.

Il faut savoir qu’un loup parcourt chaque jour (nuit principalement) entre 20 et 30 km. Donc, deux attaques à 12 h d’intervalle et à 20 km ne signifient obligatoirement pas la présence de 2 individus.

Il y a eu quelques observations de deux loups ensemble, mais parfois un loup d’une ZPP peut aller chasser en duo sur la ZPP d’un autre (preuve visuelle récente et relevé de fèces l’attestent). Aucune possibilité de prévoir quand une meute se formera avec reproduction. Il faudrait qu’une femelle vienne et reste puisque la seule qui a été observée dans les P.O. début des années 2000 n’est pas restée ou est morte.

Deux ateliers avec jeu de rôle après le visionnage d’une vidéo ont permis de remplir en situation le cas d’une observation visuelle, puis d’une observation des traces dans la neige.

Le lendemain, encore un jeu de rôle pour remplir les fiches d’observation de proies attaquées : 2 mouflons, une femelle et un mâle récupérés dans le massif du Caroux. Pour faire court, à l’aide d’une paire de gants latex et d’un scalpel, il faut lever la peau du cou pour compter le nombre de trous des canines et leur taille ainsi que la profondeurs des blessures (il faut enfoncer le petit doigt…) ce que l’un de nous quatre a pu faire. Il faut repérer les zones de morsure et présence d’hématomes pour différencier loup lynx et chien.

mouflonnemouflon

La formation s’est achevée par la projection d’un film montrant cette procédure sur deux brebis que seuls les agents de l’ONCFS sont habilités à faire.

Si vous ou un proche observez la présence du loup (visuelle, traces, restes de proies) contactez l’un de nous quatre !

Fred Caminade